Température 37,3 ° C Les causes d'une augmentation, sans symptômes, ne disparaissent pas longtemps et que faire à ce sujet

17 février 2021

78790

9 minutes

Teneur:

Raisons de l'augmentation de la température à 37,3 ° С La température de 37,3 ° C est-elle dangereuse? Est-il possible de faire baisser la température de 37,3 ° C et comment le faire? Température 37,3 ° C chez un enfant Pourquoi peut-il y avoir une température de 37,3 ° C sans symptômes? Que faire si la température de 37,3 ° C ne passe pas longtemps? RINZA® et RINZASIP® avec vitamine C à 37,3 ° C

La température corporelle de 37,3 ° C est considérée comme subfébrile, c'est-à-dire n'atteignant pas le niveau de fièvre 1... Il peut apparaître dans diverses maladies chez les adultes et les enfants, étant l'un des signes de l'inflammation. 1,2 ... Mais il y a souvent des situations où une lecture de thermomètre à 37,3 ° C est trouvée chez une personne en parfaite santé. C'est pourquoi une seule détection de température subfébrile n'est pas une cause d'alarme. Il est pris en compte si des mesures répétées après plusieurs heures donnent le même résultat. Dans ce cas, non seulement une température constante est importante, mais aussi ses augmentations répétées. Ils peuvent être détectés à la fois en un jour et sur plusieurs jours.

Jusqu'au contenu

Raisons de l'augmentation de la température à 37,3 ° С

Maladies infectieuses et inflammatoires ... Bien entendu, la cause la plus fréquente d'une température de 37,3 ° C est un processus infectieux. 1,3,4 ... Plus de 80% des cas dans la pratique médicale quotidienne en sont causés. Et la place dominante dans la liste de toutes les infections possibles est occupée par le groupe des infections respiratoires aiguës (maladies respiratoires aiguës, principalement de nature virale) 3.4 ... Ils sont saisonniers et épidémiques. L'IRA peut être causée par les virus de la grippe, la parainfluenza, les rino-, les corona- et les adénovirus, et d'autres agents pathogènes moins courants 4... Les symptômes qui se développent dans ce cas incluent des signes d'intoxication (maux de tête, malaise, douleurs musculaires et articulaires, palpitations cardiaques, faiblesse générale), fièvre, phénomènes catarrhales (écoulement nasal, inconfort et mal de gorge, toux due à une irritation de l'arrière de la gorge) 4... La gravité de chaque symptôme dépend du type d'agent pathogène et des caractéristiques individuelles de la personne malade.

D'autres maladies infectieuses et inflammatoires peuvent également entraîner une augmentation de la température à 37,3 ° C. Le plus souvent diagnostiqué avec une sinusite et une autre sinusite, une pyélonéphrite, une cystite, une pathologie bronchopulmonaire. Une inflammation purulente de la peau (ou des muqueuses) est également possible.

Les maladies non transmissibles. Les maladies systémiques (rhumatismes, polyarthrite rhumatoïde et autres) sont considérées comme des causes non infectieuses de fièvre. Une augmentation de la température à 37,3 ° C est possible en cas de surchauffe et de coup de chaleur, au début de la période de récupération après les opérations, des lésions cérébrales traumatiques. Chez la femme, une élévation de température est souvent notée après l'ovulation et pendant la grossesse. 1,3 .

Jusqu'au contenu

La température de 37,3 ° C est-elle dangereuse?

Une augmentation de la température corporelle est une réaction protectrice universelle du corps en réponse à une infection et au développement d'une inflammation de toute origine et de tout emplacement. 4... Il crée des conditions défavorables au développement et à l'activité vitale de certains microorganismes nocifs pour l'homme.

De plus, cette condition n'est généralement pas dangereuse pour notre corps. Une température de 37,3 ° C n'entraîne pas la désactivation des enzymes clés, ne contribue pas à la déformation des molécules protéiques et ne provoque pas de mort cellulaire. Et bien qu'il s'accompagne souvent d'une sensation de malaise, les organes vitaux ne sont pas affectés. Même les cellules nerveuses sensibles et délicates du cerveau ne sont pas endommagées. C'est donc une erreur de croire qu'une température de 37,3 ° C pose toujours un danger pour une personne malade, même si elle ne se sent pas bien.

Jusqu'au contenu

Est-il possible de faire baisser la température de 37,3 ° C et comment le faire?

Les lectures du thermomètre à 37,3 ° C ne sont pas une raison pour l'utilisation active de divers médicaments et mesures non médicamenteuses pour lutter contre la fièvre. Un tel «traitement» ne sera pas nécessairement bénéfique, bien qu'il puisse temporairement améliorer votre bien-être. Donc, prendre des antipyrétiques n'en vaut pas la peine, il vaut mieux donner au corps la possibilité d'utiliser au maximum ses mécanismes de défense naturels.

Il est possible d'abaisser la température de 37,3 ° C avec une intoxication sévère, le risque de développer des complications cardiaques et neurologiques, une tendance à une détérioration rapide de la condition avec le développement d'une fièvre subjectivement mal tolérée 4... Toutes ces conditions nécessitent une visite précoce chez un médecin et reçoivent un traitement complexe, dont l'un des composants sera l'administration de médicaments aux effets antipyrétiques et anti-inflammatoires. En consultation avec le médecin, des mesures non médicamenteuses peuvent être utilisées.

Souvent, il est nécessaire non seulement d'abaisser la température, mais également de réduire la gravité des symptômes catarrhales et de l'intoxication. Dans cette situation, vous pouvez utiliser des moyens d'action complexes, dont l'un est RINZA® 5.

Jusqu'au contenu

Température 37,3 ° C chez un enfant

La température d'un enfant de 37,3 ° C n'indique pas toujours la présence d'une maladie. 2... Cette condition nécessite d'analyser la situation et de déterminer sa véritable cause. Que faire à une température d'enfant de 37,3 ° C? Tout d'abord, renoncer à l'envie de lui donner immédiatement un antipyrétique approuvé par l'âge. Les autres symptômes présents doivent être évalués 2.

Par exemple, la toux d'un enfant accompagnant une température de 37,3 ° C peut être un signe d'inflammation de la paroi pharyngée postérieure, de lésions du larynx et d'implication des poumons dans le processus. Selon le niveau et la nature des lésions des voies respiratoires, le traitement peut inclure l'utilisation de divers moyens. Il peut s'agir de gouttes vasoconstricteurs du rhume, de sprays avec un composant antibactérien, de pastilles pour sucer, gargariser, expectorants et mucolytiques, par exemple sirop Dr. IOM ®6... Dans ce cas, le schéma thérapeutique est déterminé par le médecin. 4, il décide également de la nécessité d'utiliser des antipyrétiques. Si un enfant a une température de 37,3 ° C en raison d'une infection urinaire, les uroseptiques seront le médicament principal. La méningite nécessite un traitement antibiotique et neurologique. Mais il est fort probable que la cause de la fièvre ne soit pas une maladie. Le thermomètre peut afficher 37,3 ° C lorsque l'enfant surchauffe, après une activité physique intense et parfois même après avoir mangé 2... Il arrive souvent que la température augmente dans le contexte de réactions névrotiques - pendant la période d'adaptation à la maternelle ou à l'école, se séparer de la mère, être dans une autre situation stressante 2... Il n'est pas nécessaire de traiter de telles conditions.

Jusqu'au contenu

Pourquoi peut-il y avoir une température de 37,3 ° C sans symptômes?

Une température de 37,3 ° C sans symptômes n'est pas rare. Les raisons de cette condition peuvent être:

  • névrose, trouble de l'adaptation sur fond de situation stressante;
  • les conséquences de l'infection transférée - la soi-disant queue de température;
  • état après une blessure cranio-cérébrale fermée;
  • la deuxième phase du cycle menstruel (après l'ovulation) chez les jeunes femmes ou le syndrome climatérique chez les patientes plus âgées que l'âge moyen;
  • premier trimestre de grossesse;
  • infections latentes des voies urinaires et des voies respiratoires, tuberculose;
  • maladies systémiques du tissu conjonctif 1,3 .

L'utilisation irréfléchie de médicaments antipyrétiques dans de telles conditions non seulement ne donnera pas l'effet escompté, mais peut également entraîner le développement de complications. Par conséquent, une température de 37,3 ° C sans symptômes chez un adulte nécessite une visite chez un médecin et un examen complet. 1.

Jusqu'au contenu

Que faire si la température de 37,3 ° C ne passe pas longtemps?

Survenant régulièrement le soir ou à une température constante de 37,3 ° C, peut être le signe d'une inflammation chronique de différentes localisations, d'une évolution compliquée de la maladie, de la présence de troubles endocriniens, systémiques ou psychogènes 1,3 ... Les tactiques thérapeutiques sont basées sur un diagnostic approfondi et un impact sur la vraie cause. Une température de 37,3 ° C, qui dure 2 mois ou plus, nécessite l'utilisation de médicaments prescrits par un médecin.

Si, dans le contexte d'infections respiratoires aiguës, la température de 37,3 ° C ne diminue pas pendant une semaine, il est nécessaire d'en informer le médecin. Probablement, une infection bactérienne s'est associée au développement de complications: sinusite, otite moyenne, bronchite. Cela peut nécessiter l'utilisation d'agents antimicrobiens.

Jusqu'au contenu

RINZA® et RINZASIP® avec vitamine C à 37,3 ° C

La fièvre, la faiblesse, la toux, les maux de gorge sur fond de rhume, d'infections respiratoires aiguës et de grippe sont souvent à la base de l'utilisation de remèdes symptomatiques à effet complexe. Les produits RINZA® et RINZASIP® aident à réduire la gravité des symptômes du rhume, des infections virales respiratoires aiguës et de la grippe dus aux effets antipyrétiques et analgésiques, ainsi que l'élimination de l'écoulement nasal et de la congestion nasale 5,7 .

Jusqu'au contenu

Les informations contenues dans cet article sont données à titre indicatif uniquement et ne remplacent pas les conseils médicaux professionnels. Consultez un professionnel qualifié pour le diagnostic et le traitement.

Littérature

  1. Tsogoeva L.M. Fièvre d'origine inconnue (pour aider le praticien). / Tsogoeva L.M., Snopkov Yu.P. // Médecine des conditions d'urgence №5 (60), 2014, p. 40-45.
  2. PAR EXEMPLE. Khramtsov. État subfébrile prolongé dans l'enfance: aspects modernes de la recherche diagnostique. / PAR EXEMPLE. Khramtsova, N.N. Muravyov // Pédiatre, volume IV, n ° 2, 2013, p. 97-105.
  3. UNE. Smirnov. Diagnostic différentiel de l'hyperthermie en pathologie non infectieuse. Partie 2. / A.N. Smirnov, E.P. Pogorelskaya // Archives de médecine interne. N ° 6 (14), 2013; de. 53-58.
  4. A.A. Zaitsev. Grippe et infections virales respiratoires aiguës: thérapie symptomatique rationnelle. // Médecine générale n ° 3, 2016, p. 21-28.
  5. Instructions pour l'utilisation de RINZA®. Numéro d'enregistrement: P N015798 / 01.
  6. INSTRUCTIONS pour l'usage médical du médicament DOCTOR MOM ®, Numéro d'enregistrement: P N015983 / 01
  7. Mode d'emploi de RINZAcip® avec VITAMINE C. Numéro d'enregistrement: LS-002579.

Vous serez également intéressé

Coronavirus: symptômes par jour, température

La maladie COVID-19, à l'origine de la souche de coronavirus SRAS-CoV-2, a conduit à une pandémie en 2020. Elle se caractérise par un tableau clinique polymorphe. Cela signifie que les symptômes et la gravité de l'évolution de la maladie dépendent de nombreux facteurs: l'âge de la personne infectée, la présence de maladies chroniques, etc. La maladie dans différentes catégories de patients diffère par les signes, ce qui complique son diagnostic.

Teneur:

Forme légère

Le COVID-19 est légèrement toléré par jusqu'à 80 patients. En règle générale, ce sont des personnes à un jeune âge sans aucune maladie concomitante. Les symptômes de la maladie, dans ce cas, sont similaires aux signes du SRAS. Dans le même temps, il existe certaines différences qui permettent de reconnaître une infection par une infection à coronavirus.

Le rétablissement complet se produit dans les 14 jours sans aucune conséquence négative pour le corps:

  • Un jour. La température corporelle augmente légèrement, les indicateurs dépassent rarement 37,2 ° C. Il y a aussi un léger malaise, qui peut bien être attribué à la fatigue. Une congestion nasale et une détérioration de l'odorat peuvent survenir.

  • 2-4 jours. Une faiblesse générale et une fatigue accrue persistent, mais une température critique n'est pas notée. De plus, il y a un mal de gorge et une légère toux improductive. Les problèmes d'odorat s'intensifient, leurs malades les caractérisent comme un «manque d'odeurs». Parfois, il y a un trouble supplémentaire du système digestif et il n'y a pas d'appétit.

  • 5-6 jours. Tous ces symptômes disparaissent et la condition s'améliore. L'intensité de la toux diminue, mais l'odorat ne revient pas.

  • 7-14 jours. Il y a un rétablissement complet, tous les symptômes du COVID-19 disparaissent complètement.

Chez les enfants, une forme bénigne, dans la plupart des cas, ne se manifeste par aucun symptôme. Parfois, il peut y avoir des signes d'un léger rhume sans fièvre. Mais en même temps, l'infection persiste longtemps dans les fluides biologiques et les déchets. Cela signifie qu'après l'infection, l'enfant devient un porteur actif du virus.

Forme moyenne

La gravité modérée du COVID-19 est caractérisée par une détérioration significative du bien-être. Dans ce cas, une pneumonie se développe toujours, une hospitalisation est donc indiquée. Après l'apparition des premiers symptômes associés à de la fièvre et une faiblesse sévère, un essoufflement se développe et des douleurs dans les articulations des muscles apparaissent.

Les jours suivant l'infection par une infection à coronavirus, les manifestations suivantes sont observées:

  • Un jour. La température corporelle monte à 37,5 ° C. Des maux de tête et une gêne dans les articulations et les muscles surviennent. Une congestion nasale est observée.

  • 2-4 jours. L'état général se détériore considérablement, des troubles dyspeptiques et des vertiges se produisent. La température corporelle peut atteindre 38,5 ° C, vous devez donc la baisser avec des médicaments spéciaux. Il y a un mal de gorge persistant et des accès de toux improductive prolongée, ce qui indique la propagation de l'infection aux poumons. Presque toujours, une personne malade cesse de sentir.

  • 5-6 jours. Il y a une détérioration de l'état du patient. De plus, il y a des douleurs compressives dans la poitrine. La température corporelle ne descend pas en dessous de 38 ° C et doit être constamment abaissée avec des antipyrétiques. Ces symptômes témoignent du développement d'une pneumonie virale, qui nécessite un examen complet et un traitement approprié.

  • 7-14 jours. Avec le bon traitement, l'état du patient s'améliore. Toux, la congestion nasale disparaît, la température corporelle est normalisée.

Après stabilisation de la condition, des tests sont effectués. Si le résultat est négatif, la personne est considérée comme guérie. Mais cela peut prendre encore quelques semaines pour un rétablissement complet.

Forme sévère

Une évolution sévère du COVID-19 est notée chez 5% des personnes infectées par une infection à coronavirus. En règle générale, dans ce cas, les patients présentent en outre des pathologies graves et des maladies chroniques. Le groupe à risque comprend les personnes âgées. Le développement d'un syndrome de détresse aiguë est un signe caractéristique d'une évolution sévère de la maladie.

La maladie se transforme souvent en une forme sévère à partir d'une forme modérée dans le cas où le patient n'a pas reçu d'assistance en temps opportun. L'évolution de la maladie au jour le jour:

  • Jour 3. La température corporelle s'élève brusquement au-dessus de 38 ° C. Dans le même temps, il n'est pas possible de le réduire pendant une longue période, même avec de puissants antipyrétiques.

  • 3-4 jours. Il y a de la fièvre, qui s'accompagne d'une toux forte, sèche et profonde. Il y a des douleurs thoraciques. Une détérioration générale de l'état provoque confusion et vertiges. Une diarrhée sévère peut survenir, accompagnée de douleurs abdominales. Un système digestif bouleversé peut entraîner une intoxication du corps.

  • 4-5 jours. Un essoufflement sévère apparaît même au repos. Cela indique la défaite de grandes zones des poumons. Parfois, il y a des crises d'étouffement, des douleurs cardiaques, des augmentations du rythme cardiaque.

  • 5-6 jours. Il existe des dysfonctionnements dans le fonctionnement du système respiratoire, ce qui entraîne une baisse du taux d'oxygène dans le sang. De telles manifestations peuvent entraîner un arrêt complet de la respiration, il est donc nécessaire de connecter le patient à une ventilation mécanique et de mener un traitement médicamenteux complexe.

Dans une forme sévère de COVID-19, la guérison peut se produire au plus tôt un mois après l'infection. Mais en même temps, vous devrez également subir une rééducation pendant au moins un mois et demi. Le groupe à risque comprend les personnes âgées présentant des pathologies graves des systèmes cardiovasculaire et endocrinien, un cancer et une immunité faible. Il existe également un risque de développer un COVID-19 sévère chez les fumeurs.

Causes de fièvre sans signes de rhume

Une augmentation de la température ou de la fièvre est observée dans presque toutes les maladies infectieuses aiguës, ainsi que lors d'une exacerbation de certaines maladies chroniques. Et en l'absence de symptômes catarrhales, les médecins peuvent établir la cause de la température corporelle élevée du patient en isolant l'agent pathogène soit directement du foyer local de l'infection, soit du sang.

Il est beaucoup plus difficile de déterminer la cause de la température sans signes de rhume, si la maladie est survenue à la suite d'une exposition au corps de microbes opportunistes (bactéries, champignons, mycoplasmes) - dans le contexte d'une diminution générale ou immunité locale. Ensuite, il est nécessaire de mener une étude de laboratoire détaillée non seulement du sang, mais également de l'urine, de la bile, des expectorations et du mucus.

Dans la pratique clinique, les cas persistants - pendant trois semaines ou plus - d'une augmentation de la température sans signe de rhume ou de tout autre symptôme (avec des valeurs supérieures à + 38 ° C) sont appelés fièvre d'origine inconnue.

Le cas «le plus simple» d'une température de + 39 ° C sans signes de rhume (au sens du diagnostic, bien sûr) se réfère à son apparition après le voyage d'une personne dans des terres étrangères chaudes (en particulier en Afrique et en Asie), où il a été piqué par un moustique infecté par des parasites de l'espèce Plasmodium. Autrement dit, en plus des souvenirs du voyage, une personne apporte le paludisme. Le premier signe de cette maladie dangereuse est la fièvre, à laquelle s'ajoutent maux de tête, frissons et vomissements. Selon l'OMS, entre 350 et 500 millions de personnes dans le monde sont infectées par le paludisme chaque année.

Les causes de fièvre sans signes de rhume peuvent être associées à des maladies telles que:

  • maladies inflammatoires d'origine bactérienne: endocardite, pyélonéphrite, ostéomyélite, pneumonie, amygdalite etexite, sinusite, méningite, prostatite, inflammation des appendices utérins, septicémie;
  • maladies infectieuses: tuberculose, typhus et fièvre récurrente, brucellose, maladie de Lyme, infection par le VIH;
  • maladies d'étiologie virale, parasitaire ou fongique: paludisme, mononucléose infectieuse, candidose, toxoplasmose, syphilis;
  • maladies oncologiques: leucémie, lymphome, tumeurs des poumons ou des bronches, des reins, du foie, de l'estomac (avec et sans métastases);
  • inflammation systémique, y compris celles de nature auto-immune: polyarthrite, polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme, polyarthrite rhumatoïde, polymyalgie rhumatismale, vascularite allergique, périarthrite noueuse, lupus érythémateux systémique, maladie de Crohn;
  • maladies endocriniennes: thyrotoxicose.

Une augmentation des indicateurs de température peut être causée par des changements dans la sphère hormonale. Par exemple, pendant un cycle menstruel normal, les femmes ont souvent une température de + 37-37,2 ° C sans signes de rhume. De plus, les femmes se plaignent de fortes augmentations inattendues de température avec une ménopause précoce.

Une fièvre sans signes de rhume, la soi-disant fièvre subfébrile, accompagne souvent l'anémie - un faible taux d'hémoglobine dans le sang. Le stress émotionnel, c'est-à-dire la libération d'un volume accru d'adrénaline dans le sang, peut également augmenter la température corporelle et provoquer une hyperthermie adrénaline.

Selon les experts, une augmentation soudaine de la température peut être causée par la prise de médicaments, notamment des antibiotiques, des sulfamides, des barbituriques, des anesthésiques, des psychostimulants, des antidépresseurs, des salicylates, ainsi que certains diurétiques.

Dans des cas assez rares, les causes de la température sans signes de rhume résident dans les maladies de l'hypothalamus lui-même.

source de confiance[1], [2], [3], [4], [5]

POURQUOI LA TEMPÉRATURE PEUT-ELLE GARDER 37-38 LONGTEMPS?

Notre expert: Moiseeva Sabina Gadzhievna, médecin généraliste, médecin de famille,

physiothérapeute, expérience professionnelle - 19 ans.

Une fièvre légère, c'est-à-dire une température comprise entre 37,4 et 38, qui dure longtemps, est un symptôme très désagréable. Une personne peut même ne pas être dérangée par autre chose et, de plus, elle peut ne pas ressentir une augmentation de la température, mais être cependant malsaine. Essayons de comprendre ce qu'est la fièvre subfébrile et quelles maladies peuvent augmenter la température pendant une longue période pour atteindre des chiffres «moyens».

Caractéristiques de la thermorégulation humaine

Alors, tout d'abord, voyons ce qu'est une condition subfébrile. Dans la littérature, c'est le nom de la température au-dessus de 37,4, mais en dessous de 38 degrés, bien que plus souvent ce terme signifie fièvre, «suspendu» aux nombres 37,3 - 37,7, et nous ne parlons pas d'une augmentation unique de la température, mais sur les violations régulières de la courbe de température. Une autre caractéristique de l'état subfébrile est que le plus souvent, une personne ne ressent pas sa température, c'est-à-dire qu'elle ne présente pas de symptômes que nous ressentons souvent lorsque le nombre augmente: maux de tête, frissons ou fièvre, douleurs osseuses, faiblesse, transpiration. Il peut se sentir bien, aller au travail, mener une vie normale et ne ressentir que faiblesse et malaise. Souvent, une personne apprend par hasard son état subfébrile lorsqu'elle décide de mesurer sa température.

Une température comprise entre 35,5 et 37,4 degrés inclus est considérée comme normale pour une personne, c'est-à-dire que 37 n'est pas encore une fièvre et 36 n'est pas une panne. C'est naturel: pendant le sommeil, les processus métaboliques ralentissent et la température corporelle diminue, et à l'état de veille, en particulier lors de stress physique et émotionnel, la température corporelle augmente. Par conséquent, la température du matin est généralement inférieure à la température du jour ou du soir. De plus, la température corporelle dépend de la méthode et du lieu de sa mesure, du sexe de la personne qui mesure, de son âge et de son état. Et chez les femmes - à partir de la phase du cycle ou de la grossesse. La température corporelle de l'enfant est plus labile et dépend dans une plus large mesure de la température ambiante et de l'état du corps. De plus, chaque personne a ses propres normes individuelles, telles que, par exemple, il existe des normes adaptées pour la fréquence du pouls et la pression artérielle.

Toutes ces caractéristiques doivent être prises en compte lors de l'élaboration d'une courbe de température - un graphique avec lequel vous pouvez déterminer si une personne a vraiment un état subfébrile. Il faut également se rappeler que différentes parties du corps humain ont des températures différentes. Et si la température dans l'aisselle est de 36,6 ° C, alors dans la bouche, elle sera d'environ 37 ° C et dans le rectum, elle sera encore plus élevée - 37,5 ° C.

Pour établir correctement un programme, vous devez tenir un journal pendant plusieurs jours et mesurer la température à différents points - sous le bras, dans la bouche, par voie rectale, en même temps et dans les mêmes conditions (immédiatement après le sommeil, avant les repas , après avoir mangé, avant et après le bain, etc.). Ensuite, sur la base du journal, un graphique est établi qui montre clairement à quelle heure de la journée la température monte. On peut parler de vrai sous-éclairage lorsque la température augmente à tous les points de mesure.

Maladies pouvant provoquer une fièvre légère

 fièvre-scaled.jpg

La sous-fièvre diffère de la fièvre infectieuse en ce qu'elle dure longtemps et est le plus souvent asymptomatique. Dans les maladies infectieuses aiguës, la température augmente fortement, s'accompagne de symptômes d'intoxication (douleurs osseuses, maux de tête) et s'accompagne de plaintes actives (phénomènes catarrhales - écoulement nasal, mal de gorge, toux, etc.) et redevient normale après la guérison. Une fièvre légère est souvent impossible à faire baisser, même avec des antipyrétiques.

Le soi-disant centre de température, situé dans l'hypothalamus, une partie du cerveau, est responsable de la thermorégulation dans le corps. Il reçoit des informations des récepteurs et, selon lui, déclenche des mécanismes de refroidissement ou de réchauffement. Les hormones sont également impliquées dans ces processus, dont un dysfonctionnement peut également être à l'origine d'un état subfébrile. Mais il est important de comprendre que si la température corporelle augmente, cela signifie:

- des protéines étrangères sont apparues dans le sang et le corps réagit à leur apparence (c'est ce qui se passe avec les infections - bactériennes et virales) et à l'inflammation - cette température est appelée fièvre;

- un autre dysfonctionnement s'est produit dans le corps qui a affecté le travail du centre de température (par exemple, le fond hormonal a changé);

- il y avait un effet direct sur le centre de température (traumatisme crânien, tumeur cérébrale).

Les infections virales aiguës ne peuvent pas provoquer un état subfébrile prolongé, et la persistance d'une température corporelle élevée signale l'ajout d'une infection secondaire, plus souvent bactérienne, c.-à-d. à propos de la complication. Mais des processus inflammatoires, bactériens ou viraux lents peuvent simplement augmenter la température corporelle à des valeurs moyennes. Souvent, cette température «chronique» peut être causée par des maladies du système urinaire (pyélonéphrite chronique, cystite à évolution lente), des maladies du tractus gastro-intestinal (pancréatite, cholécystite, colite), des processus inflammatoires du système génito-urinaire. Très probablement, d'autres symptômes non exprimés seront également observés, en fonction de l'endroit où l'inflammation est localisée - douleur, faiblesse, perte d'appétit, troubles des selles, nausées, opacification de l'urine, modifications des selles, etc. Cependant, souvent en raison du fait que l'inflammation est lente, une personne peut ne pas remarquer la détérioration de la santé pendant une longue période ou ne pas y prêter attention, et la température dans ce cas sera le seul symptôme.

Dans les maladies virales aiguës (rougeole, rubéole, varicelle, grippe), l'exception est la soi-disant «queue de température» - une condition où une température basse continue à persister longtemps après la guérison. Cette température revient à la normale en quelques semaines (elle dure parfois jusqu'à six mois), mais d'autres complications post-infectieuses possibles doivent être exclues.

Séparément, il faut dire des maladies virales d'origine herpétique, provoquant une affection subfébrile prolongée. Tout d'abord, il est capable de provoquer le "syndrome de fatigue chronique" du virus d'Epstein-Barr, le cytomégalovirus, qui provoque la mononucléose infectieuse, les virus de l'herpès de type 1 et 2, et le virus de l'herpès de type 6. Tous nous viennent «sous les masques» de maladies virales aiguës, mais ils restent longtemps dans l'organisme et il n'est pas toujours facile de les reconnaître.

 5-Découvertes-accidentelles-en-médecine.jpg

De plus, les maladies infectieuses telles que la toxoplasmose, la tuberculose, l'hépatite virale et le VIH peuvent provoquer des températures basses prolongées. Dans le même temps, les symptômes cliniques de ces maladies dangereuses peuvent être effacés, c'est-à-dire qu'en plus de la température, de la faiblesse, de la perte d'appétit, de la fatigue accrue et de la transpiration, le patient peut ne plus rien remarquer. L'infection par des invasions helminthiques peut également augmenter la température pendant une longue période à des valeurs subfébriles. Et bien que ce ne soit pas la cause la plus fréquente de fièvre, elle ne peut être exclue, surtout si le patient éprouve une gêne intestinale et perd du poids.

En cas de maladies oncologiques, des protéines étrangères apparaissent également dans le corps humain, dont il tente de se débarrasser. C'est pourquoi une fièvre de bas grade prolongée peut être un signe de cancer, parfois le premier et le seul depuis longtemps.

Les maladies auto-immunes, à la suite desquelles le corps commence à percevoir ses propres cellules saines comme une protéine étrangère et à les détruire, peuvent également être accompagnées d'une fièvre de bas grade prolongée. Les plus courants d'entre eux sont la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux disséminé, la maladie de Crohn. Les symptômes des maladies auto-immunes peuvent varier en fonction du tissu détruit. Avec l'arthrite, le patient peut ressentir des douleurs dans les articulations, avec la maladie de Crohn - douleurs abdominales, problèmes de selles jusqu'à l'apparition de sang dans les selles, avec lupus érythémateux systémique - douleurs articulaires et musculaires, en outre, cette maladie est caractérisée par l'apparition d'une éruption cutanée spécifique.

Un autre groupe de pathologies pouvant provoquer des élévations de température est associé à des changements hormonaux. Le plus souvent, cela se produit avec des maladies de la glande thyroïde, en particulier l'hyperthyroïdie, avec une production excessive d'hormones par la glande. Le métabolisme dans ce cas est accéléré, la température monte à des valeurs faibles (le plus souvent jusqu'à 37,5). Le patient peut également subir une perte de poids, un essoufflement, une transpiration, de l'irritabilité, des tremblements et une tachycardie. De plus, les changements hormonaux peuvent augmenter la température corporelle chez les adolescents, les femmes ménopausées, ainsi que chez les femmes enceintes et allaitantes, en particulier au tout début de la lactation (pendant l'allaitement, la température corporelle dans la région axillaire est supérieure à la normale, donc elle est mesuré plus souvent dans le coude) ... En ce qui concerne la grossesse, une élévation de température est parfois le premier signe qu'une femme attend un bébé. Il peut apparaître même avant le retard des règles et plus tôt que les autres symptômes - nausées, étourdissements, gonflement des glandes mammaires. Il s'agit d'une variante de la norme qui ne nécessite pas de traitement médical.

Les tumeurs cérébrales, y compris les tumeurs bénignes, ainsi que les lésions cérébrales traumatiques, affectent le travail du centre de température situé dans le cerveau.Par conséquent, dans ces conditions, une personne peut également subir une sous-fièvre prolongée. Cependant, les augmentations de température peuvent souvent être causées par des raisons psychogènes - stress, névroses, dépression. En médecine, il existe également des concepts tels que «thermonévrose» et «sous-fébralité d'étiologie incertaine». Ces diagnostics sont souvent causés par des perturbations de l'état émotionnel du patient, mais il s'agit le plus souvent d'un diagnostic d'exclusion et ne peut être discuté qu'après un examen complet et l'exclusion d'autres pathologies.

Chacun doit surveiller sa température et la mesurer régulièrement, même s'il se sent bien. En cas d'augmentation inexpliquée, vous devez immédiatement contacter un thérapeute ou un pédiatre. Le plan d'examen dépendra de l'examen, de la collecte des plaintes et des antécédents médicaux.

Il arrive souvent que pendant que le patient soit examiné, la température se normalise d'elle-même, cependant, en aucun cas ce symptôme ne doit être laissé sans surveillance.

Auteur: Julia GVOZDEVA

36,6 n'est pas une température corporelle constante d'une personne en bonne santé, si vous la surveillez pendant la journée, cette valeur fluctuera légèrement. Le résultat le plus bas, environ 36 degrés, sera au moment du sommeil du matin. Si une personne a chaud après une activité physique, la température peut augmenter légèrement

La température corporelle est affectée par la chaleur, l'humidité, les vêtements trop chauds. Chez la femme, il y a un léger saut de température (d'un demi-degré) certains jours du cycle menstruel. Mais ce sera une promotion unique. Une augmentation de la température de 37,2 à 37,9 sur une période de plus d'un mois peut devenir une source de préoccupation - il s'agit d'une température subfébrile.

Si la température subfébrile dure plus de deux semaines et qu'elle s'accompagne de symptômes tels que fatigue, mauvais sommeil, essoufflement, vous ne devez pas reporter la nomination d'un thérapeute. Souvent, les symptômes subfébriles signalent un dysfonctionnement du corps, alors que d'autres symptômes ne sont pas encore apparus.

Causes de la fièvre de bas grade

Il existe des maladies qui provoquent une légère augmentation de la température sur une longue période.

  • Processus infectieux chronique (tuberculose, maladies chroniques du nasopharynx, pancréatite, cholécystite, prostatite, annexite, endocardite bactérienne, chlamydia, syphilis, infection par le VIH).
  • Processus inflammatoire
  • Oncologie
  • Maladies auto-immunes (rhumatismes, colite ulcéreuse, allergies médicamenteuses, arthrite, syndrome postinfarctus)
  • Parasites
  • Pathologies du système endocrinien (thyrotoxicose, ménopause sévère)
  • Thermonévrose (dysfonctionnement autonome affectant le transfert de chaleur)

Si la cause de la fièvre est une infection, elle se caractérise par:

  • diminuer après avoir pris un antipyrétique;
  • mauvaise tolérance;
  • des fluctuations sont notées tout au long de la journée.

Mais il y a des raisons pour lesquelles une personne en bonne santé a une température subfébrile:

  • surchauffe
  • sous contrainte
  • en prenant certains médicaments
  • facteur héréditaire lorsqu'un enfant naît et vit avec de la fièvre
  • lorsque l'hypothalamus est activé
  • pendant la grossesse
  • avant la menstruation.

Cette température ne se prête pas à l'action des antipyrétiques, est facilement tolérée et ne présente pas de fluctuations quotidiennes prononcées.

Un examen aidera à découvrir la raison.

Analyses et études à température subfébrile.

Vous devez toujours commencer par un médecin généraliste. C'est le thérapeute qui vous dirigera pour les tests primaires, puis, après les résultats obtenus, recommandera la nomination d'un spécialiste étroit: endocrinologue, cardiologue, gynécologue, oto-rhino-laryngologiste, spécialiste des maladies infectieuses.

De la fièvre depuis plus de deux semaines?

Vous devez réussir:

  • Analyse générale du sang et de l'urine (augmentation de la leucocytose, protéines dans l'urine)
  • Sang pour l'hépatite B et C, le VIH et la syphilis
  • Culture d'expectorations pour Mycobacterium tuberculosis
  • Culture d'urine (infections génitales) et hémoculture (septicémie).

À faire:

  • Radiographie thoracique (tuberculose, abcès pulmonaire)
  • Électrocardiogramme (endocardite bactérienne)
  • Échographie pelvienne (maladies inflammatoires)
  • Échographie des organes abdominaux

Si, après les résultats obtenus, la cause n'est pas établie, le patient est envoyé pour faire une prise de sang:

  • pour les hormones
  • pour le facteur rhumatoïde
  • pour les marqueurs tumoraux.

Menzhevitskaya Tatiana Ivanovna

La température corporelle est l'un des paramètres physiologiques les plus importants indiquant l'état du corps. Nous savons tous depuis l'enfance qu'une température corporelle normale est de +36,6 ºC, et une élévation de température de plus de +37 ºC indique une sorte de maladie.

Température subfébrile: pourquoi la température est de 37

Quelle est la raison de cette condition? L'élévation de la température est une réponse immunitaire à l'infection et à l'inflammation. Le sang est saturé de substances (pyrogènes) augmentant la température produites par des microorganismes pathogènes. Cela stimule à son tour le corps à produire ses propres pyrogènes. Le métabolisme est quelque peu accéléré pour permettre au système immunitaire de lutter plus facilement contre la maladie. La fièvre n'est généralement pas le seul symptôme de la maladie. Par exemple, avec le rhume, nous ressentons leurs symptômes typiques - fièvre, maux de gorge, toux, nez qui coule. Avec un rhume doux, la température corporelle peut atteindre +37,8 ºC. Et en cas d'infections sévères, comme la grippe, elle peut monter à + 39-40 ºC, et des douleurs dans tout le corps et une faiblesse peuvent s'ajouter aux symptômes.

Risque d'augmentation de la température

Dans de telles situations, nous savons parfaitement comment se comporter et comment traiter la maladie, car son diagnostic n'est pas difficile. Nous nous gargarisons, prenons des anti-inflammatoires et des antipyrétiques, si nécessaire, nous prenons des antibiotiques et la maladie disparaît progressivement. Et après quelques jours, la température revient à la normale. La plupart d’entre nous ont été confrontés à une situation similaire plus d’une fois dans leur vie.

Cependant, il arrive que certaines personnes présentent des symptômes légèrement différents. Ils trouvent que leur température est plus élevée que la normale, mais pas de beaucoup. Nous parlons de subfébrile - d'une température comprise entre 37 et 38 ºC.

Abonnez-vous à notre compte INSTAGRAM!

Cette condition est-elle dangereuse? Si cela ne dure pas longtemps - pendant plusieurs jours, et que vous pouvez l'associer à une sorte de maladie infectieuse, alors non. Il suffit de le guérir et la température baissera. Mais que faire s'il n'y a pas de symptômes visibles d'un rhume ou d'une grippe?

Ici, il faut garder à l'esprit que dans certains cas, le rhume peut avoir des symptômes flous. Une infection sous forme de bactéries et de virus est présente dans le corps et les forces immunitaires réagissent à leur présence en augmentant la température. Cependant, la concentration de micro-organismes pathogènes est si faible qu'ils sont incapables de provoquer les symptômes typiques d'un rhume - toux, écoulement nasal, éternuements, maux de gorge. Dans ce cas, la fièvre peut passer après la mort de ces agents infectieux et la guérison du corps.

Surtout souvent, une situation similaire peut être observée pendant la saison froide, pendant la période d'épidémies de rhume, lorsque les agents infectieux peuvent attaquer à plusieurs reprises le corps, mais trébucher sur une barrière d'immunité assiégée et ne provoquent aucun symptôme visible, à l'exception d'un augmentation de la température de 37 à 37, cinq. Donc, si vous avez 4 jours 37,2 ou 5 jours 37,1, et que vous vous sentez bien en même temps, ce n'est pas un sujet de préoccupation.

Cependant, comme vous le savez, les rhumes durent rarement plus d'une semaine. Et, si la température élevée dure plus longtemps que cette période et ne disparaît pas, et qu'aucun symptôme n'est observé, alors cette situation est une raison de réfléchir sérieusement. Après tout, une condition subfébrile constante sans symptômes peut être un signe avant-coureur ou le signe de nombreuses maladies graves, beaucoup plus graves que le rhume. Il peut s'agir de maladies de nature à la fois infectieuse et non infectieuse.

Température subfébrile: pourquoi la température est de 37

Technique de mesure

Cependant, avant de vous inquiéter en vain et de vous rendre chez les médecins, vous devez exclure une raison aussi banale de condition sous-fébrile que erreur de mesure ... Après tout, il se peut que la cause du phénomène réside dans un thermomètre défectueux. En règle générale, c'est la faute des thermomètres électroniques, en particulier les moins chers. Ils sont plus pratiques que ceux au mercure traditionnels, mais ils peuvent souvent afficher des données incorrectes. Cependant, les thermomètres à mercure ne sont pas à l'abri des erreurs. Par conséquent, il est préférable de vérifier la température sur un autre thermomètre.

La température corporelle est généralement mesuré sous l'aisselle ... La mesure rectale est également possible et mesure orale ... Dans les deux derniers cas, la température peut être légèrement plus élevée.

Abonnez-vous à notre chaîne Yandex Zen!

La mesure doit être prise en position assise, calme, dans une pièce à température normale. Si la mesure est effectuée immédiatement après un effort physique intense ou dans une pièce surchauffée, la température corporelle dans ce cas peut être plus élevée que d'habitude. Cette circonstance doit également être prise en compte.

Il convient également de prendre en compte une circonstance telle que changements de température pendant la journée ... Si le matin, la température est inférieure à 37 et le soir - la température est de 37 ou légèrement plus élevée, ce phénomène peut être une variante de la norme. Pour de nombreuses personnes, la température peut légèrement changer au cours de la journée, augmentant le soir et atteignant des valeurs de 37, 37,1. Cependant, en règle générale, la température du soir ne doit pas être subfébrile. Dans un certain nombre de maladies, un syndrome similaire, lorsque chaque soir la température est supérieure à la normale, est également observé.Par conséquent, dans ce cas, il est recommandé de subir un examen.

Causes possibles d'un état subfébrile prolongé

Si vous avez une température corporelle élevée sans symptômes pendant une longue période et que vous ne comprenez pas ce que cela signifie, vous devriez consulter un médecin. Seul un spécialiste après un examen approfondi peut dire que c'est normal ou non, et si ce n'est pas normal, quelle en est la cause. Mais, bien sûr, ce n'est pas mal de savoir par vous-même ce qui peut provoquer un tel symptôme.

Quelles conditions du corps peuvent provoquer une affection subfébrile prolongée sans symptômes:

  • variante de la norme
  • changements des niveaux hormonaux pendant la grossesse
  • thermonévrose
  • température queue des maladies infectieuses
  • maladies oncologiques
  • maladies auto-immunes - lupus érythémateux, polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn
  • toxoplasmose
  • brucellose
  • tuberculose
  • invasions helminthiques
  • septicémie latente et inflammation
  • foyers d'infection
  • maladie thyroïdienne
  • anémie
  • thérapie médicamenteuse
  • le sida
  • maladies intestinales
  • hépatite virale
  • Maladie d'Addison

Variante de la norme

Les statistiques indiquent que 2% de la population mondiale a une température normale légèrement supérieure à 37. Mais si vous n'avez pas une température similaire depuis l'enfance et que l'état subfébrile n'est apparu que récemment, alors c'est un cas complètement différent, et vous n'appartenez pas à cette catégorie de personnes.

Grossesse et allaitement

La température corporelle est régulée par les hormones produites dans le corps. Au début d'une période de la vie d'une femme telle que la grossesse, une restructuration du corps se produit, qui, en particulier, se traduit par une augmentation de la production d'hormones féminines. Ce processus peut provoquer une surchauffe du corps. En règle générale, une température d'environ 37,3 ° C pendant la grossesse ne devrait pas être une préoccupation majeure. De plus, le fond hormonal est ensuite stabilisé et l'état subfébrile disparaît.

Habituellement, à partir du deuxième trimestre, la température corporelle de la femme se stabilise. Parfois, un état subfébrile peut accompagner toute la grossesse. En règle générale, si une fièvre est observée pendant la grossesse, cette situation ne nécessite pas de traitement. Parfois, une condition subfébrile avec une température d'environ 37,4 peut également être observée chez les femmes qui allaitent, en particulier dans les premiers jours après l'apparition du lait. Ici, la raison du phénomène est similaire - les fluctuations du niveau d'hormones.

Thermonévrose

La température corporelle est régulée dans l'hypothalamus, l'une des régions du cerveau. Cependant, le cerveau est un système interconnecté et les processus dans une partie de celui-ci peuvent en influencer une autre. Par conséquent, un tel phénomène est très souvent observé lorsque, lors d'états névrotiques - anxiété, hystérie - la température corporelle dépasse 37.

Ceci est également facilité par la production de quantités accrues d'hormones dans les névroses. Un état subfébrile prolongé peut accompagner le stress, les états neurasthéniques, de nombreuses psychoses. Avec la thermonévrose, la température revient généralement à la normale pendant le sommeil.

Pour exclure une telle raison, il est nécessaire de consulter un neurologue ou un psychothérapeute. Si vous avez vraiment une névrose ou une anxiété associée au stress, vous devez suivre un traitement, car les nerfs lâches peuvent causer des problèmes beaucoup plus graves que les états subfébriles.

Queues de température

Ne négligez pas une raison aussi banale comme une trace d'une maladie infectieuse précédemment transmise. Ce n'est un secret pour personne que de nombreuses grippes et infections respiratoires aiguës, en particulier celles dont l'évolution est sévère, conduisent le système immunitaire à un état de mobilisation accrue. Et dans le cas où les agents infectieux ne sont pas complètement supprimés, le corps peut maintenir une température élevée pendant plusieurs semaines après le pic de la maladie. Ce phénomène est appelé une queue de température. Il peut être observé chez un adulte et un enfant.

Par conséquent, si la température + 37 ºC et plus dure une semaine, les causes du phénomène peuvent résider précisément dans la maladie précédemment transférée et guérie (comme il semblait). Bien sûr, si vous étiez malade peu de temps avant la découverte d'une température subfébrile constante avec une maladie infectieuse, alors il n'y a rien à craindre - l'état subfébrile est précisément son écho. En revanche, une telle situation ne peut pas être qualifiée de normale, car elle indique une faiblesse du système immunitaire et la nécessité de prendre des mesures pour le renforcer.

Maladies oncologiques

Cette raison ne peut pas non plus être écartée. Souvent, c'est un état subfébrile qui est le premier signe d'une tumeur qui est apparue. Cela s'explique par le fait que la tumeur jette des pyrogènes dans la circulation sanguine - des substances qui provoquent une augmentation de la température. Une condition subfébrile accompagne souvent les maladies oncologiques du sang - la leucémie. Dans ce cas, l'effet est dû à une modification de la composition du sang.

Pour exclure de telles maladies, il est nécessaire de subir un examen approfondi et de faire une prise de sang. Le fait qu'une augmentation persistante de la température puisse être causée par une maladie aussi grave que le cancer rend ce syndrome grave.

Maladies auto-immunes

Les maladies auto-immunes sont causées par une réponse anormale du système immunitaire d'une personne. En règle générale, les cellules immunitaires - les phagocytes et les lymphocytes attaquent les corps étrangers et les micro-organismes. Cependant, dans certains cas, ils commencent à percevoir les cellules de leur corps comme étrangères, ce qui conduit à l'apparition de la maladie. Dans la plupart des cas, le tissu conjonctif est affecté.

Presque toutes les maladies auto-immunes - polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux disséminé, maladie de Crohn, s'accompagnent d'une augmentation de la température à 37 et plus sans symptômes. Bien que ces maladies aient généralement un certain nombre de manifestations, elles peuvent ne pas être remarquées à un stade précoce. Pour exclure de telles maladies, vous devez être examiné par un médecin.

Toxoplasmose

La toxoplasmose est une maladie infectieuse très courante qui se déroule souvent sans symptômes visibles, à l'exception de la fièvre. Les propriétaires d'animaux, en particulier les chats porteurs de bacilles, en sont souvent malades. Par conséquent, si des animaux duveteux vivent dans votre maison et que la température est subfébrile, c'est une raison de soupçonner cette maladie.

Vous pouvez également contracter la maladie par une viande mal cuite. Pour diagnostiquer la toxoplasmose, un test sanguin doit être effectué pour détecter une infection. Vous devez également faire attention aux symptômes tels que faiblesse, maux de tête, perte d'appétit. La température de la toxoplasmose ne s'égare pas avec l'aide d'antipyrétiques.

Brucellose

La brucellose est une autre maladie causée par une infection d'origine animale. Mais cette maladie est le plus souvent affectée par les agriculteurs qui s'occupent de bétail. La maladie au stade initial s'exprime à une température relativement basse. Cependant, à mesure que la maladie progresse, elle peut prendre des formes sévères, affectant le système nerveux. Cependant, si vous ne travaillez pas dans une ferme, la brucellose peut être exclue comme cause d'hyperthermie.

Tuberculose

Hélas, la consommation, connue pour les œuvres de la littérature classique, n'est pas encore devenue la propriété de l'histoire. Des millions de personnes souffrent actuellement de tuberculose. Et cette maladie est maintenant typique non seulement pour les endroits qui ne sont pas si éloignés, comme beaucoup le pensent. La tuberculose est une maladie infectieuse grave et persistante qui est difficile à traiter même par les méthodes de la médecine moderne.

Cependant, l'efficacité du traitement dépend en grande partie de la rapidité avec laquelle les premiers signes de la maladie ont été détectés. Les premiers signes de la maladie comprennent un état subfébrile sans autres symptômes clairement exprimés. Parfois, des températures supérieures à 37 ºC peuvent être observées non pas toute la journée, mais seulement le soir.

D'autres symptômes de la tuberculose comprennent la transpiration, la fatigue, l'insomnie et la perte de poids. Pour déterminer avec précision si vous avez la tuberculose, vous devez effectuer une analyse de la tuberculine (test de Mantoux), ainsi qu'une fluorographie. Il faut garder à l'esprit que la fluorographie ne peut révéler que la forme pulmonaire de la tuberculose, tandis que la tuberculose peut également affecter le système génito-urinaire, les os, la peau et les yeux. Par conséquent, vous ne devez pas vous fier uniquement à cette méthode de diagnostic.

le sida

Il y a environ 20 ans, un diagnostic de SIDA signifiait une sentence. Aujourd'hui, la situation n'est pas si triste - les médicaments modernes peuvent soutenir la vie d'une personne infectée par le VIH pendant de nombreuses années, voire des décennies. Il est beaucoup plus facile d'être infecté par cette maladie qu'on ne le croit généralement. Cette maladie affecte non seulement les représentants des minorités sexuelles et les toxicomanes. Vous pouvez attraper le virus de l'immunodéficience, par exemple, dans un hôpital avec une transfusion sanguine, avec un contact sexuel occasionnel.

Un état subfébrile constant est l'un des premiers signes de la maladie. Notons. que dans la plupart des cas, l'affaiblissement de l'immunité dans le SIDA s'accompagne d'autres symptômes - une susceptibilité accrue aux maladies infectieuses, aux éruptions cutanées et aux troubles des selles. Si vous avez des raisons de soupçonner le SIDA, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Invasions helminthiques

Les vers ou helminthes sont généralement appelés vers parasites vivant dans le corps humain. Il n'est pas si difficile d'être infecté par des parasites, car les œufs de beaucoup d'entre eux vivent dans le corps des animaux, dans le sol ou dans les plans d'eau. Le non-respect des règles d'hygiène conduit au fait qu'ils pénètrent dans le corps humain.

De nombreuses maladies parasitaires peuvent provoquer une affection subfébrile persistante. En règle générale, il s'accompagne de troubles digestifs, mais dans de nombreux cas, surtout si les parasites ne se sont pas installés dans les intestins, mais dans d'autres tissus, ces symptômes peuvent ne pas être présents. Vous devez également faire attention à un symptôme aussi courant que la perte de poids. Les parasites intestinaux sont identifiés par analyse des selles. En outre, de nombreuses maladies parasitaires sont diagnostiquées par un test sanguin.

Septicémie latente, processus inflammatoires

Souvent, une infection dans le corps peut être de nature latente et ne montrer aucun signe autre que la fièvre. Les foyers d'un processus infectieux lent peuvent être localisés dans presque tous les organes du système cardiovasculaire, du tractus gastro-intestinal, des systèmes osseux et musculaire. Le plus souvent, les organes urinaires sont affectés par une inflammation (pyélonéphrite, cystite, urétrite).

Souvent, un état subfébrile peut être associé à une endocardite infectieuse - une maladie inflammatoire chronique qui affecte les tissus entourant le cœur. Cette maladie peut avoir un caractère latent pendant une longue période et ne se manifester d'aucune autre manière.

En outre, une attention particulière doit être portée à la cavité buccale. Cette zone du corps est particulièrement vulnérable aux bactéries pathogènes, car elles peuvent y pénétrer régulièrement. Même une simple carie dentaire non traitée peut devenir un foyer d'infection, qui pénètre dans la circulation sanguine et provoque une réponse protectrice constante du système immunitaire sous la forme d'une augmentation de la température. Le groupe à risque comprend également les patients atteints de diabète sucré, qui peuvent avoir des ulcères qui ne guérissent pas et qui se font sentir par la fièvre.

Maladies de la glande thyroïde

Les hormones thyroïdiennes telles que l'hormone thyréostimulante jouent un rôle important dans la régulation du métabolisme. Certains troubles thyroïdiens peuvent augmenter la libération d'hormones. Une augmentation des hormones peut être accompagnée de symptômes tels qu'une augmentation du rythme cardiaque, une perte de poids, une hypertension, une incapacité à tolérer la chaleur, une détérioration des cheveux et de la fièvre. Des troubles nerveux sont également observés - augmentation de l'anxiété, de l'anxiété, de la distraction, de la neurasthénie.

Une augmentation de la température peut également être observée avec un manque d'hormones thyroïdiennes. Pour éliminer le déséquilibre des hormones thyroïdiennes, il est recommandé de faire un test sanguin pour le niveau des hormones thyroïdiennes.

Maladie d'Addison

Cette maladie est assez rare et se traduit par une diminution de la production d'hormones par les glandes surrénales. Il se développe pendant une longue période sans symptômes particuliers et s'accompagne souvent d'une augmentation modérée de la température.

Anémie

Une légère augmentation de la température peut également provoquer un syndrome tel que l'anémie. L'anémie est un manque d'hémoglobine ou de globules rouges dans le corps. Ce symptôme peut se manifester dans diverses maladies, il est particulièrement caractéristique des saignements sévères. En outre, une augmentation de la température peut être observée avec certaines carences en vitamines, un manque de fer et d'hémoglobine dans le sang.

Traitement médical

À une température subfébrile, les causes du phénomène peuvent consister à prendre des médicaments. De nombreux médicaments peuvent provoquer de la fièvre. Il s'agit notamment des antibiotiques, en particulier des pénicillines, de certaines substances psychotropes, en particulier des antipsychotiques et des antidépresseurs, des antihistaminiques, de l'atropine, des relaxants musculaires, des analgésiques narcotiques.

Très souvent, une augmentation de la température est une forme de réaction allergique à un médicament. Cette version est peut-être la plus simple à vérifier - il suffit d'arrêter de prendre le médicament qui éveille les soupçons. Bien sûr, cela doit être fait avec l'autorisation du médecin traitant, car le retrait du médicament peut entraîner des conséquences beaucoup plus graves que l'état subfébrile.

Âge jusqu'à un an

Chez les nourrissons, les causes de la fièvre légère peuvent résider dans les processus naturels de développement du corps. En règle générale, la température d'une personne dans les premiers mois de sa vie est légèrement supérieure à celle des adultes. De plus, chez les nourrissons, des troubles de la thermorégulation peuvent être observés, ce qui s'exprime par une petite température subfébrile. Ce phénomène n'est pas un symptôme de pathologie et devrait disparaître de lui-même. Bien que, si la température augmente chez les nourrissons, il est toujours préférable de les montrer au médecin pour exclure les infections.

Maladies intestinales

De nombreuses maladies intestinales infectieuses peuvent être asymptomatiques, à l'exception d'une augmentation de la température au-dessus des valeurs normales. En outre, un syndrome similaire est caractéristique de certains processus inflammatoires dans les maladies du tractus gastro-intestinal, par exemple dans la colite ulcéreuse.

Hépatite

Les hépatites de types B et C sont des maladies virales graves qui affectent le foie. En règle générale, un état subfébrile prolongé accompagne les formes lentes de la maladie. Cependant, dans la plupart des cas, ce n'est pas le seul symptôme. Habituellement, l'hépatite s'accompagne également d'une lourdeur dans le foie, en particulier après avoir mangé, d'un jaunissement de la peau, de douleurs dans les articulations et les muscles et une faiblesse générale. Si vous soupçonnez une hépatite, vous devez consulter un médecin dès que possible, car un traitement précoce réduit le risque de complications graves et potentiellement mortelles.

Diagnostic des causes de l'état subfébrile prolongé

Comme vous pouvez le voir, il existe un grand nombre de causes potentielles pouvant entraîner une violation de la thermorégulation du corps. Et découvrir pourquoi cela se produit n'est pas facile. Cela peut être long et exigeant. Néanmoins, il y a toujours quelque chose à partir duquel un tel phénomène est observé. Et une température élevée dit toujours quelque chose, généralement que quelque chose ne va pas avec le corps.

En règle générale, à la maison, il est impossible d'établir la cause de l'état subfébrile. Cependant, certaines conclusions sur sa nature peuvent être tirées. Toutes les raisons qui provoquent une augmentation de la température peuvent être divisées en deux groupes - associées à une sorte de processus inflammatoire ou infectieux et non associées à celui-ci.

  • Dans le premier cas, la prise d'antipyrétiques et d'anti-inflammatoires tels que l'aspirine, l'ibuprofène ou le paracétamol peut restaurer une température normale, quoique pendant une courte période.
  • Dans le second cas, la prise de tels médicaments n'a aucun effet. Cependant, il ne faut pas penser que l'absence d'inflammation rend la cause de l'état subfébrile moins grave. Au contraire, le nombre de causes non inflammatoires de fièvre de bas grade peut inclure des choses aussi graves que le cancer.

En règle générale, les maladies sont rarement trouvées, dont le seul symptôme est un état subfébrile. Dans la plupart des cas, d'autres symptômes sont également présents - par exemple, douleur, faiblesse, transpiration, insomnie, étourdissements, hypertension ou hypotension, troubles du pouls, symptômes gastro-intestinaux ou respiratoires anormaux. Cependant, ces symptômes sont souvent effacés et l'homme ordinaire est généralement incapable de déterminer le diagnostic à partir d'eux. Mais pour un médecin expérimenté, l'image peut être claire.

En plus de vos symptômes, vous devez informer votre médecin de toutes les activités récentes que vous avez effectuées. Par exemple, avez-vous communiqué avec des animaux, quelle nourriture vous avez mangée, si vous avez voyagé dans des pays exotiques, etc. Lors de la détermination de la cause, des informations sur les maladies antérieures du patient sont également utilisées, car il est tout à fait possible que l'état subfébrile soit une conséquence de la rechute d'une maladie traitée depuis longtemps.

Pour établir ou clarifier les causes de l'état subfébrile, généralement il est nécessaire de passer plusieurs tests physiologiques ... Tout d'abord, il s'agit d'un test sanguin. Dans l'analyse, il faut tout d'abord prêter attention à un paramètre tel que la vitesse de sédimentation des érythrocytes. Une augmentation de ce paramètre indique un processus inflammatoire ou une infection. Les paramètres tels que le nombre de leucocytes et les taux d'hémoglobine sont également importants.

Pour détecter le VIH, l'hépatite, des tests sanguins spéciaux sont nécessaires. Une analyse d'urine est également nécessaire, ce qui aidera à déterminer s'il existe des processus inflammatoires dans les voies urinaires. Dans le même temps, une attention particulière est également portée au nombre de leucocytes dans l'urine, ainsi qu'à la présence de protéines dans celle-ci. Pour couper la probabilité d'invasions helminthiques, les matières fécales sont analysées.

Si les analyses ne permettent pas de déterminer sans ambiguïté la cause de l'anomalie, les organes internes sont alors examinés. Pour cela, diverses méthodes peuvent être utilisées - échographie, radiographie, tomographie calculée et magnétique.

Une radiographie pulmonaire peut aider à détecter la tuberculose pulmonaire et un électrocardiogramme peut aider à détecter une endocardite infectieuse. Dans certains cas, une biopsie peut être indiquée.

L'établissement d'un diagnostic dans le cas d'un état subfébrile peut souvent être compliqué par le fait que le patient peut avoir plusieurs causes potentielles du syndrome à la fois, mais il n'est pas toujours facile de séparer les vraies causes des fausses.

Que faire si vous ou votre enfant avez une fièvre persistante?

Quel médecin dois-je contacter avec ce symptôme? Le moyen le plus simple est de consulter un thérapeute qui, à son tour, peut orienter vers des spécialistes - un endocrinologue, un spécialiste des maladies infectieuses, un chirurgien, un neurologue, un oto-rhino-laryngologiste, un cardiologue, etc.

Bien entendu, la fièvre de bas grade, contrairement aux fébriles, ne présente pas de danger pour l'organisme et ne nécessite donc pas de traitement symptomatique. Le traitement dans un tel cas vise toujours à éliminer les causes cachées de la maladie. L'automédication, par exemple avec des antibiotiques ou des antipyrétiques, sans une compréhension claire des actions et des objectifs est inacceptable, car elle peut non seulement être inefficace et brouiller le tableau clinique, mais aussi conduire au fait que la vraie maladie sera négligée .

Mais il ne découle pas de l'insignifiance du symptôme qu'il doit être ignoré. Au contraire, une fièvre légère est une raison de subir un examen approfondi ... Cette étape ne peut être reportée à plus tard, vous rassurant que ce syndrome n'est pas dangereux pour la santé. Il faut comprendre que de graves problèmes peuvent être à l'origine d'un dysfonctionnement aussi insignifiant du corps. publié par econet.ru .

Posez une question sur le sujet de l'article ici

P.S. Et n'oubliez pas, rien qu'en changeant votre consommation - ensemble, nous changeons le monde! © econet

Добавить комментарий